Peut-on être relaxologue sans être engagé ? Enregistrer au format PDF

La question est plus délicate qu’il n’y paraît. En effet, tout relaxologue digne de ce nom ne réduit pas sa pratique à l’enseignement de la relaxation, mais sait bien que sans recherche sincère des causes de tension, pratiquer la relaxation revient à « mettre un emplâtre sur une jambe de bois ». L’enseignant en biosynergie aidera donc le consultant à identifier les causes de tension. Parmi ces causes, il y a cette dépendance que beaucoup d’entre nous ont à la « norme ». Être normal, être comme tout le monde. Comme toute société, la nôtre n’est pas parfaite. Elle octroie certes à nombre d’entre nous un confort enviable à bien des égards si on compare notre mode de vie à celui de ceux qui nous ont précédé. Mais à bien y réfléchir, il est tout de même à remarquer que chaque progrès demande toujours davantage d’effort personnel pour qu’il ne se retourne pas contre nous. L’eau au robinet, quelle merveille ! Plus besoin d’aller chercher par tous les temps l’eau du puits… Mais que de problèmes engendrés par nos technologies modernes. Combien de kg de bouteilles d’eau devez-vous transporter chaque semaine pour avoir une eau plus saine pour votre santé ? Êtes-vous satisfait du prix que vous payez pour votre consommation d’eau ? Cette part d’effort physique qui vous est évitée en tournant simplement votre robinet, à quel moment allez-vous l’accorder à votre corps ? Avez-vous pensé à identifier le nombre de messages que vous recevez chaque semaine et qui vous disent comment vous devez vivre ? Ce bombardement de stimuli destinés à vous faire acheter est sans commune mesure par rapport à ceux qui étaient envoyés jusqu’à il y a moins d’un siècle. Combien d’entre nous peuvent se passer de télévision pendant trois mois sans avoir l’impression de ne plus être dans le coup ? Nos nouveaux médias seraient-ils devenus nos dieux et maîtres, relais privilégiés de notre système économique basé sur la consommation ?

Face à cet environnement, une des qualités précieuses est certainement le discernement. Mais comment avoir du discernement sans se poser et s’arrêter ? Discernement et lucidité ne s’entendent guère avec bruit, course en avant, productivité et autres valeurs qui sont devenues « la norme ». Un des aspects du travail de l’enseignant en Biosynergie est très certainement d’aider le consultant à prendre du recul… Cela passera essentiellement par le corps, le souffle pour aller vers le repos du mental… Il ne sera convaincant que s’il mène une réflexion profonde quant à son propre mode de vie, ce qui inévitablement l’amènera à se positionner sur les grands choix de société. La neutralité est en effet bien trop souvent une démission… voire un déni. Bien entendu, il ne s’agit pas là d’entraîner celui qui vient à lui dans ses engagements mais au contraire d’encourager tout un chacun à faire ses propres choix et non pas ceux dictés par la publicité ou « la norme »… Les outils en biosynergie : une progression favorable au changement, un ré-apprentissage de la valeur du silence, de la lenteur, de la sérénité, du vide. Le meilleur ami : le corps. Il sera contacté par l’écoute sensorielle, le souffle, la posture… Sans pratique quotidienne du vide mental, ou du moins de ce qui y conduit, il y a fort à parier que nous ne disposerons que d’une infime partie de notre libre arbitre, c’est à dire au fond, de nous-même. Ce qu’on appelle couramment méditation n’est donc plus une pratique réservée à quelques personnes en quête de mieux se connaître, mais une nécessité vitale. Peut-être trouverai-je le temps et les moyens de mettre à disposition la définition de la méditation telle que la donne Milton Erickson à qui l’on doit ce déploiement et le succès de ce qu’on appelle « L’Hypnose ericksonienne ». Bien entendu, il y a des débats récurrents pour distinguer état hypnotique et état de relaxation profonde chaque approche tentant de se démarquer. Dans la pratique, il ne faudrait tout de même pas oublier qu’il y a un tronc commun : les états modifiés de conscience . Ces états, nous les traversons tous. Nous ne savons pas toujours les mettre à notre service pour trouver les solutions que nous cherchons, mais nous en avons tous déjà fait l’expérience. La méditation est avant tout un état modifié de conscience. C’est aussi avant tout un engagement envers soi-même